La sclérose en plaques : bien connaitre la maladie pour mieux la prendre en charge

Contrairement aux idées reçues, la sclérose en plaques n’est pas une maladie liée à l’avancement en âge. En effet, même les adolescents et les petits enfants peuvent en être touchés, quelles que soient leurs conditions de vie. L’essentiel est d’en détecter précocement les symptômes pour pouvoir la traiter à temps.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

De son nom SEP, la sclérose en plaques est une maladie chronique auto-immune. Attaquant directement le système nerveux central, elle est caractérisée par une réaction inflammatoire au niveau de la matière blanchâtre du cerveau et de la moelle épinière. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des poussées d’inflammation se manifestent pour affaiblir le système neurologique de l’organisme, occasionnant ainsi des lésions graves, tant sur le plan physique que sur le plan mental.

Quels sont les symptômes de la sclérose en plaques ?

Les manifestations de la sclérose en plaques peuvent varier d’un sujet à l’autre, mais les symptômes similaires à tous les malades sont la perte du tonus musculaire et la difficulté à se tenir debout. Il arrive également qu’une personne atteinte de SEP soit touchée par une baisse remarquable de la vision et souffre de troubles sensitifs intenses sur certaines parties de son corps (fourmillements, lourdeur…). Et quel que soit son âge, elle a toujours du mal à faire usage de ses membres, surtout inférieurs.

Comment traiter la sclérose en plaques ?

Comme la sclérose en plaques évolue par poussées, elle est ainsi soignée par un traitement de fond visant à limiter son évolution. À cet effet, les spécialistes prescrivent des médicaments immunomodulateurs et des soins immunosuppresseurs pour une meilleure prise en charge de la maladie. Plus tôt cette dernière est diagnostiquée, meilleur sera le résultat escompté. Le but de ces prescriptions est en effet de réguler l’activité du système immunitaire afin de réduire l’inflammation et limiter les lésions occasionnées.

La sclérose en plaques : bien connaitre la maladie pour mieux la prendre en charge

Le fauteuil roulant, une solution proposée par le corps médical

Comme un malade de la SEP a du mal à garder son équilibre, le médecin lui recommande souvent l’utilisation d’un fauteuil roulant pour ses déplacements. Ce dispositif lui permettra alors d’avoir de la stabilité et de rester autonome malgré sa maladie. Avec un modèle motorisé, il pourra même descendre et monter les escaliers si sa maison est dotée des agencements adéquats. Le fauteuil roulant n’est donc pas une fatalité, mais plutôt une solution efficace permettant aux personnes atteintes de SEP de vivre le plus normalement possible. Cela facilite son déplacement et lui permet d’être plus indépendant. Pour faciliter les déplacements chez le médecin, il est possible d’opter pour un fauteuil roulant électrique léger. Le fait qu’il soit pliable, il se range facilement dans le coffre d’une voiture.